En ce qui concerne l'avenir, il ne s'agit pas de le prédire, mais de le rendre possible
Antoine de Saint-Exupéry
 Français  English  Deutsch

Une leçon stratégique oubliée, la Ligne Maginot !

apprendre du passé

 

 

 

Résumé

"Vous devez apprendre des fautes des autres. Vous ne vivrez jamais assez longtemps pour les faire toutes vous-mêmes !" (Sam Levenson, humoriste américain)

Nos aïeux se sont parfois trompés lourdement. Et sans analyse conséquente, nous sommes condamnés à reproduire leurs fautes !

La défaite française en 1939 est la conséquence de la confusion entre

  • un objectif politique non négociable, viscéral et éminemment respectable, le maintien de la Paix, et
  • une stratégie particulière, la ligne Maginot, considérée à tort comme étant la seule possible

Aujourd'hui, nous connaissons la suite !

En regardant vers l'avenir, l'expérience de la ligne Maginot devrait nous inciter à remettre en question de soi-disantes "évidences" et, en particulier pour les dirigeants, de jauger la qualité des décisions prises.

Distinguer objectif et stratégie

Mon grand-père français a fait Verdun durant la première guerre mondiale et y a été gravement blessé; la famille de ma mère a vécu, dans sa cave, un bombardement en 1943 avec une bombe tombée directement sur la maison familiale; mon père luxembourgeois a été enrôlé de force par les Allemands durant la deuxième guerre mondiale.

Depuis ma petite enfance, tout, absolument tout a été fait pour m'inculquer ce que mon grand-père appellait "l'horreur de la guerre". Pour avoir vécu cette ambiance, je vis intuitivement cet objectif politique.

Mais si nous voulons absolument atteindre un objectif, sommes-nous pour cela mieux préparé pour l'atteindre?

Intuitivement, nous savons que non !

Et peut-être plus que d'autres, j'ai personnellement vécu les limites psychologiques que crééent un engagement viscéral ! D'où cet article avec la citation de Sam Levenson !

Les dirigeants de l'époque

Rien n'incite à penser que les dirigeants de l'époque étaient incapables.

André Maginot, docteur en droit, décoré pour son courage durant la première guerre mondiale était un des ministres de la guerre en charge du projet. C'était un homme cultivé et un guerrier courageux.

Sous-secrétaire d'Etat à la Guerre en 1914, il s'engage volontairement au front à l'âge de 37 ans pour mener une guerre d'embuscade. Dans ses carnets de patrouille, André "Maginot ne craint pas de se dépeindre en train de tuer (p. 114, 115, 152, 160); mieux, il s’en glorifie. Chez Maginot, on ne trouve pas de trace d’autocensure suscitée par un sentiment de culpabilité rétrospectif." André Maginot savait faire la guerre sans état d'âme.

Et ce guerrier André Maginot a poussé politiquement le projet "Ligne Maginot" (qui ne s'appelera d'ailleurs Ligne Maginot qu'après sa mort en 1932)

Son prédécesseur et successeur en tant que ministre de la guerre était Paul Painlevé. Paul Painlevé et André Maginot s'estimaient mutuellement et étaient objectivement alliés dans le cadre de ce projet, même s'ils appartenaient à des partis politiques différents.

Et le Professeur et Académicien Paul Painlevé avait établi les équations mathématiques qui décrivent la mécanique des fluides du vol d'un avion. Paul Painlevé a d'ailleurs été le premier passager à voler avec les frères Wilbur et Orville Wright, pionniers de l'aviation.

Manifestement, Paul Painlevé savait ce qu'était un avion. Pourtant, il a été, avec le vaillant André Maginot, l'un des architectes éminemment compétents et respectables d'un échec qui ne prenait pas en compte le risque aviation.

Rappelons que le général Charles de Gaulle a été le seul à avoir réclamé avant la deuxième guerre mondiale que la France se dote de chars blindés pour pouvoir contrer les forces allemandes. Il semblerait qu'il n'avait pas non plus entrevu l'impact de l'aviation sur l'art de la guerre. Ce ne serait que la version post-deuxième guerre mondiale du livre “Vers l'armée de métier“ du Général de Gaulle qui mentionnait aussi l'aviation. Je mentionne ceci nullement pour dénigrer le général de Gaulle, mais pour montrer à quel point même de très grands hommes ont des difficultés pour entrevoir l'avenir

La ligne Maginot faisait l'unanimité

La sagesse populaire s'accorde aujourd'hui à dire que la ligne Maginot était une erreur, que l'on aurait pu se rendre compte que les Allemands pouvaient contourner ces fortifications avec leurs blindés et leurs avions. Sans l'expliciter ouvertement, il est impliqué que les décideurs français étaient des incapables.

Après quelques balbutiements au début des années 1920, ce projet pharaonique a fait l'unanimité populaire et l'unanimité de la classe politique. Ce n'est pas le résultat d'une lubis de quelques illuminés. Alors qu'il est rétrospectivement “évident” que les Allemands pouvaient en 1939 passer à côté, notamment au Luxembourg et en Belgique, et au dessus par l'aviation.

Le projet “Ligne Maginot” a été adopté en 1929 à main levée par l'Assemblée Nationale et à 270 contre 20 voix par le Sénat Français. Ce projet faisait la quasi‑unanimité.

Il y avait dans la création de la ligne Maginot l'hypothèse implicite que l'Allemagne ne pouvait rien faire d'autre que de répondre à la ligne Maginot par une autre ligne, allemande celle-là. Selon l'idée française, l'Allemagne devait renforcer sa ligne Siegfried.

Mais Hitler n'était pas Daladier. Et l'objectif d'Hitler était l'attaque, non la défense ! L'Allemagne hitlérienne a construit des chars et des avions et a développé une stratégie qui rendait vains, qui réduisait à zéro les lourds investissements consentis par l'Etat Français.

Aussi nobles qu'aient été ses objectifs, la Ligne Maginot a été un échec stratégique retentissant pour la France.

Ce qui rend cette défaite si douloureuse, si difficile à vivre, c'est qu'après-coup il devient évident que les efforts déployés étaient vains. Une fois l'issue connue, la vainitude des efforts consentis devient flagrante. Nous devenons alors incapables de nous replacer dans l'état d'esprit avant ces évènements. Ce qui psychologiquement est démoralisant et déstabilisant. Ainsi, la défaite française en 39 est un Cygne Noir.

De meilleures décisions maintenant?

Plutôt que de dévaloriser nos aïeux, nous devrions nous interroger sur la qualité de nos décisions actuelles. Avons-nous une raison pour estimer que nous prenons de meilleures décisions que nos aïeux?

Il est permis d'en douter, car nous continuons de nous tromper dans des décisions importantes

Quelques précisions

En soixante et un ans, nous avons survécu à 4 fusions de réacteurs nucléaires avec échappement massif de radiation. D'après euronuclear.org, (chiffres du 2 juillet 2012), 435 réacteurs étaient en exploitation à ce moment. En admettant que ces 435 réacteurs auraient tous été en exploitation depuis 1951, nous aurions eu 4 meltdows pour 435 réacteurs * 61 années d'opérations = 1 meltdown par réacteur tous les 6634 années. Par rapport aux estimations d'un accident par million d'années, les estimations initiales auraient été 150 fois trop optimiste.

Si en plus nous prenons en compte la mise en service progressive de ces réacteurs, nous devons multiplier ce facteur d'erreur par au moins 3; L'expérience empirique montre que cette estimation de vie ou de mort a donc été de l'ordre de 450 fois, 500 fois trop optimiste...

  • L'énergie nucléaire a toujours été présentée comme un risque contrôlable.

    Pour mettre les choses en perspective, un livre scientifique sérieux de mon enfance, imprimé durant les années soixante, expliquait qu'aux alentours des années 2000, les voitures disposeraient d'une petite centrale nucléaire. Cela permettrait à ces voitures de voyager environ 20.000 km sans faire le plein ;)))

    Les plus âgés se souviendront que dans les années 1960, la probabilité de fusion d'un noyau de réacteur nucléaire avec échappement massif de radiation était estimée être d'un accident nucléaire catastrophique par million d'années d'opération.

  • La construction européenne a été au départ une stratégie pour éviter que l'Europe ne replonge dans la guerre. La monnaie unique, l'Euro est une stratégie pour solidifier la stratégie d'intégration européenne. Et l'Euro est, pour le moment au moins, en contradiction avec les objectifs premiers des pères fondateurs de l'Europe, à savoir le maintien de la Paix.

    La stratégie d'intégration européenne de plus en plus poussée est devenue une fin en soi

    Comme pour la Ligne Maginot, il y a perte de vue de l'objectif. Dans les deux cas, il s'agit d'ailleurs du maintien de la paix.

    Ce phénomène est malheureusement normal; les recherches scientifiques montrent que l'homme, y compris politique, est largement irrationnel dans des décisions de vie ou de mort. (voir par exemple les découvertes récentes de la psycho-économie, et notamment la théorie des perspectives, les cygnes noirs et le GroupThink)

Que faire ?

Prendre des décisions importantes, voire de vie ou de mort, n'est jamais simple.

Lors des discussions que j'ai eues après avoir diffusé la première mouture de cet article, j'ai senti que beaucoup de passions remontaient. Psychologiquement, cela s'explique, nous portons tous en nous le passé de nos aieux. Et quelque part, nous nous sentons inconsciemment mis en cause par ce passé que nous n'avons pas vécu.

Comprenons que si nous ne pouvons pas accepter nos peurs, nous sommes incapables d'une analyse factuelle et que nous augmentons alors les chances de catastrophes.

Et rendons-nous compte que pas plus que les autres générations, nous sommes incapables d'empêcher les générations suivantes d'avoir à leur tour leur impact sur le monde.

C'est leur vie !

Tous les contes de fée se terminent par la formule rituelle: "Ils fûrent heureux et eurent beaucoup d'enfants." Comme me le formulait brillamment un jeune collègue: Il existe cette idée qu'une fois le prochain problème résolu, l'histoire s'arrêtera ;)

Alors que par exemple, le souhait de rendre impossible toute guerre à nos enfants et petits-enfants, pour honorable qu'il soit, restera irréalisable et dangereux. Certes une intégration européenne complète pourra peut-être éviter toute guerre externe.

Mais les Cygnes Noirs existent. Ainsi par exemple l'histoire américaine montre que la guerre civile, dans laquelle les frères se battent contre les frères, est encore pire qu'une guerre externe.

Les recherches récentes devraient nous inciter à la prudence. Le lien ci-après vous présente un résumé succinct des recherches en matière d'irrationalité des décisions

A quel points sommes-nous irrationnels: la réponse de la psycho-économie